Nombre d’études montrent que les français n’ont plus confiance ni en la droite ni en la gauche pour gouverner le pays, et beaucoup estiment que les responsables politiques se préoccupent pas ou peu de ce que pensent et vivent les gens. Non seulement le pouvoir est aux mains de politiciens dotés d’une faible représentativité mais, en plus, leur élection a souvent été acquise avec un fort taux d’abstention. Comme c’est le vote des citoyens qui fonde la démocratie représentative, le taux d’abstention croissant en France doit nous amener à remettre en cause le mécanisme électoral. Cela est d’autant plus vrai que le Front National capitalise sur la détresse de nos concitoyens et profite du marasme démocratique et politique dans lequel nous nous trouvons. C’est pourquoi je milite pour l’instauration du devoir de vote en France ou, autrement dit, le vote obligatoire. Je vous propose d’en analyser tous les avantages.

Plus qu’un droit, le vote est un devoir :

rendons-le obligatoire.


Pourquoi instaurer le vote obligatoire ?

Pour disposer d'une mesure radicale contre l'abstention

Face à une abstention de masse, le devoir de vote constitue une réponse forte pour enclencher un cycle vertueux de participation électorale. Les électeurs ont l’impression d’entendre les mêmes discours, d’assister aux mêmes débats, année après année, élection après élection, et, au final, de ne pas être entendus sur leurs difficultés quotidiennes. Il y a nécessité à sortir de ce cercle vicieux, à ce que chacun aille exprimer son suffrage.

Pour que les publics marginalisés deviennent acteurs

Quand un groupe de citoyens ne vote pas, il peine à exister sur le plan politique : le devoir de vote permettrait de les réintroduire dans le jeu démocratique. De fait, plus on appartient à une catégorie socioprofessionnelle basse, plus on s’abstient de voter : cela consacre le fait que l’abstentionnisme caractérise les rôles sociaux de subordonnés. Le vote obligatoire permettrait d’y remédier.

Pour une meilleure prise en compte des attentes

Le devoir de vote assurerait une meilleure prise en compte des aspirations de toutes les catégories de la population. Dans notre mode de fonctionnement actuel, les candidats axent leurs campagnes, et donc leurs propositions, sur des publics identifiés comme étant des électeurs effectifs. Avec le devoir de vote, cet écueil serait immédiatement levé car tous les citoyens doivent être consultés.

Pour une meilleure représentativité des candidats

Le devoir de vote permettrait de légitimer d’autres profils de candidats, eu égard à l’élargissement du corps électoral actif. Le devoir de vote aurait pour vertu d’ouvrir la voie à de nouveaux profils, plus en adéquation avec la composition de l’ensemble du corps électoral. Les partis politiques seraient ainsi incités à présenter des personnalités à même de réaliser le plus large consensus. C’est pourquoi le niveau de représentativité en serait renforcé.

Pour lutter contre le clientélisme électoral

Les méthodes clientélistes sont plus difficiles à appliquer sur la totalité d’un électorat que sur une partie restreinte de celui-ci : en cela, le devoir de vote serait une avancée. Si le clientélisme peut être efficace sur une cible identifiée, et limitée, il n’en va pas de même quand il s’agit de considérer tous les citoyens : plus la cible est large, plus il est difficile de la contenter dans son ensemble, du moins par ce biais.

Pour que les contestataires soient entendus via le vote blanc

Avec le devoir de vote, la voix des contestataires pourra continuer à être entendue à travers la prise en compte du vote blanc. L’abstention peut revêtir un caractère actif et militant lorsque c’est un acte politique conscient et motivé : dans ce cas, elle exprime un refus de choisir, une hostilité envers les hommes et femmes politiques, ou envers les règles de fonctionnement du régime. Ce militantisme contestataire pourrait donc continuer à s’exprimer.

Pour suivre les exemples de réussite observés dans d'autres pays

Au-delà d’une simple approche théorique, le devoir de vote est effectif dans un certain nombre de pays qui peuvent en constater les bénéfices. Des états comme la Belgique, le Danemark et la Grèce ont adopté ce système électoral dans lequel le vote est une véritable fonction que la Nation confie aux citoyens. L’efficacité de la méthode est avérée : en Australie par exemple, l’abstention est passée de 40 % à 8% après l’instauration du vote obligatoire.


"Il n'est rien au monde d'aussi puissant qu'une idée dont l'heure est venue." Victor Hugo

 

Commentaires

Très bonne mesure!

Je suis pour et tout à fait d'accord avec les arguments énoncés

Une sujet qui est revenu sur le devant de la scène récemment. La gauche a lancé l'idée avec en prime de faire payer une amende pour ceux qui ne serait pas allé voté. Ce dernier point montre encore une fois que les enjeux d'une élection n'a pas pour but de représenter le choix d'un peuple.
Le vote doit être obligatoire. C'est une solution a l'abstention dans le sens où tout le monde donnera son avis. Et bien sûr le vote obligatoire ne peut pas exister sans que le vote blanc soit considéré comme un vote à par entière.
Il y a toujours un troisième choix, celui de dire ni l'un ni l'autre

Dans une société où l’individualisme semble primer toujours davantage, le vote obligatoire semble un excellent moyen (parmi d’autres) de rappeler à chacun qu’il fait partie d’une même communauté… la France ! Un argument revient toujours dans la bouche de ceux qui ne se déplacent pas dans les bureaux de vote : «Les politiciens font leur petite cuisine entre eux». Eh bien, si tous se mettaient à voter, les élus seraient davantage redevables de ce qu’ils entreprennent ou n’entreprennent pas. Et il y aurait davantage de transparence, de cohérence dans les propositions que les candidats déclinent puisqu’ils ne s’adresseraient pas à un «petit cercle de privilégiés» (les votants) mais à un spectre beaucoup plus large. On le voit, l’abstention profite d’abord à ceux qui gouvernent mal !

Effectivement le devoir de vote avec la prise en compte du vote blanc me paraît être la seule alternative face à un fn qui a su surfer sur cette vague de désillusions des citoyens. Petit bémol de nombreux contribuables et citoyens de nationalités diverses pourraient apporter leur pierre à l'édifice en terme d'élections locales.

Effectivement Delphine, ce serait une bonne chose que les étrangers extracommunautaires (hors Union Européenne) puissent aussi voter aux élections locales (ceux issus de l'UE le peuvent).

Beaucoup se sont battus pour la France, ont travaillé dans les usines pour reconstruire le pays, travaillent encore en souscrivant à toutes leurs obligations et devoirs.

Pour que l’intégration soit autre chose qu’une injonction, ce droit de vote mettrait fin à l'exclusion politique qui touche essentiellement des populations africaines de banlieue, cela permettra de remettre des quartiers entiers en situation de participer à la démocratie locale.

En conclusion, ce serait un bon complément du devoir de vote qui, en proportion, touche beaucoup plus de personnes.

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.